<script src='http://s1.wordpress.com/wp-content/plugins/snow/snowstorm.js?ver=3' type='text/javascript'></script>
Tant que les lions n'auront pas d'historiens, les histoires de chasse tourneront à la gloire du chasseur - Le mensonge se lève très tôt mais la vérité finit par le rattraper - Qui veut noyer son chien l'accuse de la rage

mardi 31 août 2010

Abidjan, novembre 2004 - une enquête sud-africaine

Sur son blog, Théophile Kouamouo annonce :

"Dans un rapport confidentiel de plus de 100 pages dont Le Nouveau Courrier
a obtenu une copie (1 & 2), des experts sud-africains, en matière balistique et spécialistes de médecine légale, mandatés par leur gouvernement, accablent les militaires français de l'opération Licorne.
De manière scientifique, ils établissent que non seulement les civils ivoiriens massés à Abidjan devant l'Ivoire ou sur les ponts n'ont pas tiré, mais que des armes, y compris de gros calibre, ont été utilisées contre eux par l'armée française.
Ils commentent également les autopsies des morts, dont trois au moins étaient âgés de moins de 18 ans."



Pour la suite, et pour lire l'enquête, voir sur le blog de Théophile Kouamouo.

(Cf. aussi : "En généraux - 2. Auparavant"... Et : à quand l'enquête sur Bouaké ?)


L'article de Sylvie Kouamé dans Le Nouveau Courrier du 31.08.10 : ici.
___________________


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire