<script src='http://s1.wordpress.com/wp-content/plugins/snow/snowstorm.js?ver=3' type='text/javascript'></script>
Tant que les lions n'auront pas d'historiens, les histoires de chasse tourneront à la gloire du chasseur - Le mensonge se lève très tôt mais la vérité finit par le rattraper - Qui veut noyer son chien l'accuse de la rage

jeudi 28 octobre 2010

De Frêche à l’AFP parlant de l’Afrique

À l’heure où, à l’Africaine, voulant marquer un minimum de respect pour un mort que l’on accable avant même sa sépulture, il m’a semblé opportun de faire remarquer qu’on a en a fait un « bouc émissaire » un peu facile... Jusques et y compris au jour où il ne peut plus répliquer.

Notre presse donneuse de leçons reste bien incapable de se dégager des mêmes poncifs qu'elle dénonce, des mêmes mots qui la parlent comme ils parlent trop de monde.

Ainsi, en période de campagne électorale ivoirienne, voilà notre nationale AFP produisant il y a quelques jours une dépêche qui n’est piquée des vers en matière de néo-colonialisme condescendant.



Et puisqu’il faut être bien vénéneux dès le titre (toujours utile, d’autant plus que nombre de lecteurs s’arrêtent au titre), on intitule la dépêche :

« Côte d’Ivoire: Gbagbo s’engage à respecter le résultat des urnes » (sic) !

La dépêche, publiée le vendredi 15 octobre 2010, sous-entend ainsi d’emblée que c’est là non seulement un scoop, mais en outre, formulé de la sorte, que rien ne permettait de s’attendre à ce respect des urnes, et que du coup, rien ne garantit qu’il faille le croire !

Normal, toute république africaine est bananière ! Ce que confirme la première phrase du... scoop de l’AFP : « Le président ivoirien Laurent Gbagbo, 65 ans, s’engage à respecter le verdict des urnes lors de la présidentielle du 31 octobre, tout en estimant qu’il battra ses adversaires, dans un entretien à paraître dans la prochaine édition de l’hebdomadaire Jeune Afrique. » Voilà qui situe une approche. (Mais les mots ont-ils été mesurés par le(s) responsable(s) de la dépêche ?)

Et qu’importe, si le Président ivoirien souligne, toujours selon l’AFP qui le cite : « en matière électorale, le risque zéro n’existe pas. Mais lorsque dix sondages, huit TNS-Sofres, un Gallup et un Afrobarometer vous placent en tête depuis un an et demi et jusqu’à l’avant-veille du scrutin, il est rare qu`ils se trompent » — l’AFP a donné le ton...

Attendons donc le titre de Jeune Afrique...

Quant à l’AFP, qu’est-ce qui lui permet ce titre insinuant ?... Ceci : « A la question de savoir s’il s’engage à accepter le résultat quel qu’il soit, il répond: "Bien entendu". » Il a dit « Bien entendu » ! La belle affaire !



Tandis que Gbagbo, qui avait remporté la présidentielle d’octobre 2000, poursuit : « "Je ne serai pas battu. Mais je ne serai pas éternellement président et un jour je transmettrai le flambeau à quelqu’un de plus jeune que moi". », l’AFP ne retient que l’interprétation invraisemblable qu’elle nous fait de la réponse naturelle de Gbagbo à qui l’on pose une telle question insensée : « Bien entendu » ! Ce qui sous-entend, au contraire de ce qu’en tire l’AFP, que ce n’est pas extraordinaire ! Évidemment qu’en démocratie, on accepte le verdict des urnes !

Et à l’AFP où l’on ne remarque même pas ce que la question a de déplacé, on fait carrément son titre d’une suspicion sous-entendue, qui n’a pas lieu d’être et qui est d’autant plus incongrue qu'elle vient d'une agence de presse officielle d’un pays dont les comportements réputés bananiers des autorités font les chous gras de la presse étrangère.

Au point qu’il serait fastidieux d’énumérer ne serait-ce que l’actualité de la semaine : ne retenons que la suspicion de passage en force d’une loi (défendue par un pouvoir accusé de collusion avec la finance) refusée par les Français ; quand des policiers sont suspectés d’être, dans les manifestations contre cette loi, en tête des casseurs (vieille pratique des républiques bananières justement) ; tandis que la presse en rajoute dans l’obséquiosité, face à un chef de la police, le ministre d’Intérieur himself, qui est condamné en première instance pour racisme. Tant les mots du racisme semblent entrer dans la banalité, comme dérivatifs d’une vulgate économique désignant la source des problèmes (dernièrement : les Roms), via une certaine logique oblitérée parfois jusque chez les philosophes. Heureusement un certain renversement se dessine dans les mots à contre-courant d’un Mélenchon, par exemple, pour l’instant assez seul.

Ainsi alors que de tels soupçons pèsent sur le pouvoir, quel média de l’importance de l’AFP aurait eu l’indécence de poser au président français se représentant aux élections (ou à Angela Merkel, pour ne rien dire d’un Berlusconi) une telle question : « la question de savoir s’il s’engage à accepter le résultat quel qu’il soit » !

Rien que de relever l’incongruité de la chose permet de mesurer l’indécence de parler ainsi d’un président étranger, et en l’occurrence d’une ex-colonie — jusqu’à aller faire un titre d’article d’un tel préjugé !



Voilà qui permet aussi de mesurer ce dont il s’agit quand Guerlain est parlé par un inconscient collectif largement partagé, de même que Finkielkraut, et qu’il est un peu facile de faire de Frêche le bouc émissaire de ce comportement et de ces mots.

La dépêche en question signe dans son titre que l’AFP elle-même baigne dans ce comportement, qu’elle est elle-même parlée par des mots qui n’ont toujours pas été cernés !

Des mots qui font décidément un peu trop grille du réel. Parlant de Frêche reprenant les mots de Finkielkraut tout en les nuançant, n'est-il pas surprenant que Finkielkraut, philosophe, n'ait pas été plus attentif aux mots ? Au fond c'est à une inattention à cette question qu'il doit peut-être le départ de ses "dérapages". Point de départ signé par sa formule "ne pas laisser à Le Pen le monopole du réel". Formule terrible chez un philosophe qui ne perçoit plus que le réel ne nous advient qu'à travers des mots justement ! Dès lors, depuis ce jour, le "réel" dont il parle est pour lui celui qu'imposent les mots de Le Pen ! Il s'est donc rendu à cette lecture du "réel", que dès lors il prend pour le réel. Cela peut expliquer largement ses glissements ultérieurs, conformes à la lecture du monde - "les mots" - à laquelle il s'est rendu par cette formule...

Mais qui a vraiment contredit ce « réel » à partir duquel Frêche a parlé ? Si ce type de convictions avait été vraiment repensé, l’AFP pourrait-elle encore pondre un tel titre sans rougir ?

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire