<script src='http://s1.wordpress.com/wp-content/plugins/snow/snowstorm.js?ver=3' type='text/javascript'></script>
Tant que les lions n'auront pas d'historiens, les histoires de chasse tourneront à la gloire du chasseur - Le mensonge se lève très tôt mais la vérité finit par le rattraper - Qui veut noyer son chien l'accuse de la rage

lundi 4 octobre 2010

Des ‘Sahéliens’ comme en aréva Aqmi

Aqmi pouvait-il rêver mieux ? Un groupe délinquant, une bande armée s’autocollant l’étiquette ‘prestigieuse’ (sic) d’Al Qaïda (au ‘Maghreb islamique’). Il est vrai que ça fait ronflant. Il est plus vrai encore que le l’islam est malade. Signe s’il en fallait, le silence général des musulmans ‘modérés’ face à de telles dérives. http://www.nuitdorient.com/n2311.htm / via et aussi.

Difficile à analyser, ce silence. Signe d’un islam malade, indubitablement. Écho d’une paranoïa qui va jusqu’à hésiter entre exalter un Ben Laden et lui trouver des excuses, voire le disculper d’attentats qu’il a revendiqués ! (Ibid.)

Maladie d’une profondeur telle qu’elle plonge dans le mutisme ceux-là mêmes qui sont évidemment contre ce genre de délire, dont la première victime est l’islam lui-même ! Comment en effet des gens rationnels, en opposition indiscutable à ces gesticulations sanglantes, peuvent-il manœuvrer face à une base populaire largement contaminée, hélas, par cette paranoïa qui conduit au silence même de ceux qui savent. Pour s’en tenir à une illustration en France, la mise à l’écart croissante d’un Abdenour Bidar offre une explication de la réduction de la marge de manœuvre d’un Dalil Boubakeur : une expression trop vive risquerait de le placer dans un discrédit façon Bidar ! Et rendrait son action vaine par la même occasion... Ce n’est qu’un petit élément de la mesure de l’impasse.

Où les silences, quels que soient leurs motifs, témoignent de toute façon, fût-ce malgré eux, d’un état clinique de l’islam d’une extrême gravité. Le symptôme éclatant de la maladie étant Al Qaïda et son mythe.



Le groupe ayant enlevé les employés d’Aréva au Niger signe en outre l’état de décomposition de la nébuleuse elle-même, d’autant plus dangereuse qu’elle est plus incontrôlable et qu’elle devient ‘label’ même de phénomènes de racket.

Et face à cela, un malaise persistant autour d’Aréva... Dont use évidemment la bande organisée des désespérés se donnant ce ‘label’ ‘politique’ : Aqmi !...

Aréva, ou les pieds et poings liés de la France... Quand cela s’ajoute à quelques décennies d’interventions visant à appuyer les bons élèves et/ou à soutenir des rébellions contre ceux des dirigeants qui font mine de ruer dans les brancards...

Si en outre on rajoute encore au tout la récente désignation en proie (tant qu'à employer un vocabulaire évoquant les 'bûchers' !), à Paris, des ‘Sahéliens’, dont sont les Nigériens...

... On se retrouve avec une situation qui n’est pas faite pour donner à Paris une marge de manœuvre bien large face aux ‘exploits’ d’Aqmi...

Tout cela a commencé par les ‘indépendances’ dont on fête les cinquantenaires...



Citations :

« L’uranium nigérien est d’abord une exclusivité signée par la France, le 24 avril 1961, sous forme d’un accord de défense entre la métropole, la Côte d’Ivoire, le Bénin et le Niger. […] Par cet accord, la France qui venait d’accorder leurs indépendances à ces trois pays s’arrogeait le droit de poursuivre l’œuvre coloniale, à savoir l’exploitation des ressources minières à un prix arbitraire. […] Le Niger a produit entre 100 000 et 150 000 tonnes depuis 1960 au prix moyen de 42 euros le kilo . Nettement en dessous du cours mondial moyen qui était de 187 euros le kilo sur la période […] depuis l’indépendance… les actionnaires de l’uranium du Niger (ndlr : Etat et partenaires) ont perdu entre 14, 5 milliards d’euros et 21 milliards de dollars. Enorme pour un pays qui compte à peine 2 milliards de dollars de PIB et dont le modeste budget est «généreusement » alimenté par l’aide publique au développement pour plus de la moitié. (via) »
http://afrosapiens.akwedo.com/post/376430094/quelques-extraits-du-scenario-a-decouvrir-sur

Ce qui correspond à l’...

« “… Annexe à l’accord de Défense entre la République de Côte d’Ivoire, la République du Dahomey, la République Française et la République du Niger concernant la coopération dans le domaine des matières premières et produits stratégiques. Afin de garantir leurs intérêts mutuels (NDLR : sic!!!) en matière de Défense, les parties contractantes décident de coopérer dans le domaine des matériaux de Défense dans les conditions définies ci-après:
Article 1 : Les matières premières et produits classés stratégiques comprennent: - Première catégorie : les hydrocarbures liquides ou gazeux ; - Deuxième catégorie : l’uranium, le thorium, le lithium, le béryllium, leurs minerais et composés. Cette liste pourra être modifiée d’un commun accord, compte tenu des circonstances…
Article 5 : La République Française est tenue informée des programmes et projets concernant l’exportation hors du territoire de la République de Côte d’Ivoire, de la République du Dahomey et de la République du Niger des matières premières et des produits stratégiques de deuxième catégorie énumérés à l’article premier. En ce qui concerne ces mêmes matières et produits, la République de Côte d’Ivoire, la République du Dahomey et la République du Niger, pour les besoins de la Défense, réservent par priorité leur vente à la République Française après satisfaction des besoins de leur consommation intérieure, et s’approvisionnent par priorité auprès d’elle…”
Fait à Paris, le 24 avril 1961 Félix HOUPHOUET-BOIGNY Hubert MAGA Michel DEBRE Hamani DIORI…” via La Troublante Réalité du Pacte Colonial par Mamadou Koulibaly »
http://afrosapiens.akwedo.com/post/1211443436/lenfer-de-la-mine-luranium-nigerien-est

Et aujourd’hui...

« “…quand les Français ont répondu « impossible ! » à la demande des Nigériens de construire une raffinerie, les Chinois, eux, ont plutôt demandé « de quelle taille la voulez-vous ? ” via »

Tout cela avec au bout du compte, un pouvoir d’achat des moins nantis qui fond comme neige au soleil jusqu’en métropole...


A maszk...

2 commentaires:

  1. Tu encadres de guillemets le "modérés" de musulmans, comme pour marquer, je suppose, ton agacement quant à cette formulation. Pour ma part c'est le cas.

    Mais à y regarder de plus près, à l'image de ta présente démonstration, tout est lié. Ce silence permanent, contraint ou conscient, ne fait que brouiller l'imaginaire des non-musulmans ...Maintenant reste à savoir à quelles fins "utiles" tout ce non-bruit nous conduira.

    RépondreSupprimer
  2. Effectivement le vocable "modéré" m'agace, laissant croire que l'islam conséquent, "pur et dur", serait celui des cinglés. J'imagine volontiers des musulmans conséquents, tenants d'un autre islam, et de façon pas "modérée" du tout, qui, du fait même qu'ils sont conséquents, sont horrifiés par les délirants (cf. Tierno Bokar ou Amadou Hampaté Bâ, sans compter ceux que je mentionne dans l'article).
    Un non-bruit inquiétant en effet, qui brouille aussi, d'ailleurs, l'imaginaire des musulmans, dans un effet de serpent qui se mord la queue. Y a-t-il des fins utiles à tout cela ? Va savoir ! D'un côté la fuite en avant des délirants et la paralysie paranoïaque des autres, d'un autre côté la politique des intérêts immédiats, économico-stratégiques, avec ses allures de pilotage de super-tanker comme si c'était des planches à voiles ! Apparemment incapables d'anticiper, de voir plus loin que les murs sur lesquels on bute de plus en plus !

    RépondreSupprimer