<script src='http://s1.wordpress.com/wp-content/plugins/snow/snowstorm.js?ver=3' type='text/javascript'></script>
Tant que les lions n'auront pas d'historiens, les histoires de chasse tourneront à la gloire du chasseur - Le mensonge se lève très tôt mais la vérité finit par le rattraper - Qui veut noyer son chien l'accuse de la rage

mardi 23 novembre 2010

Elections en Côte d'Ivoire - sécurisation du second tour

Déclaration du Gal Mangou, chef d'Etat-Major des Forces de sécurité ivoiriennes.

Le Gal Mangou a indiqué que, face aux différentes informations faisant état de menaces et d'intimidations en vers les populations, le dispositif de sécurisation va être davantage renforcé pour le second Tour.

Déclaration en images ici :


-- Veuillez mettre a jour votre lecteur Flash Player--

Extrait : "Aux individus animés de velléités de perturbation et faisant circuler des rumeurs insensées. A tous ceux tapis dans l`ombre élaborant des stratégies contre la paix, la sérénité et la stabilité dans ce pays, les Forces de défense et de sécurité de Côte d`Ivoire leur rappellent fermement, comme elles l`ont déjà dit pour le premier tour du scrutin, qu`elles seront impitoyables pour toutes les personnes prises en flagrant délit de perturbations, de menaces à l’intégrité physique des personnes ou de troubles a l`ordre public, pour leur faire subir la loi dans toute sa rigueur".



ABIDJAN, 22 nov 2010 (AFP) - L'armée loyaliste de Côte d'Ivoire a lancé lundi le déploiement de 1.500 hommes dans le Nord, tenu par l'ex-rébellion des Forces nouvelles (FN) pour renforcer la sécurisation du second tour de la présidentielle dimanche, a constaté une journaliste de l'AFP.
Ces renforts ont quitté Abidjan à l'issue d'une cérémonie présidée par le général Philippe Mangou, chef d'état-major de l'armée loyaliste. Ces hommes "garantiront le bon déroulement de la campagne électorale, du vote et rassureront davantage par leur présence toutes les populations sans exclusive", a-t-il déclaré.
Le déploiement s'effectue sous le contrôle du Centre de commandement intégré (CCI), état-major mixte loyaliste/FN chargé de sécuriser le scrutin. Ces 1.500 éléments vont travailler sur le terrain avec 500 hommes ex-rebelles, a indiqué le général Mangou.
Les FN vont quant à elles envoyer 1.500 de leurs éléments dans la moitié sud, qui devront collaborer avec 500 soldats loyalistes, a-t-il relevé. Pour le premier tour le 31 octobre de cette élection censée clore la crise née du putsch raté de 2002 qui a coupé le pays en deux, le CCI avait disposé de moins de 7.000 éléments (loyalistes et FN) sur les 8.000 initialement annoncés, selon des sources concordantes.
Le président sortant Laurent Gbagbo qui affronte dimanche l'ex-Premier ministre Alassane Ouattara, avait annoncé le 14 novembre la "réquisition" des soldats loyalistes pour être déployés "en particulier" dans le Nord. Son camp avait dénoncé après le premier tour une sécurité insuffisante pour le vote, spécialement dans le Nord où M. Ouattara a régné sans partage.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire