<script src='http://s1.wordpress.com/wp-content/plugins/snow/snowstorm.js?ver=3' type='text/javascript'></script>
Tant que les lions n'auront pas d'historiens, les histoires de chasse tourneront à la gloire du chasseur - Le mensonge se lève très tôt mais la vérité finit par le rattraper - Qui veut noyer son chien l'accuse de la rage

jeudi 25 novembre 2010

Pour mémoire : "coup(s) d'Etat RDR" ?

Citation de l'AFP, à l'heure où Mamadou Ben Soumahoro met en cause le candidat Rhdp dans le coup d'Etat de Noël 1999, et où Le Nouveau Courrier dévoile des données précises sur la connexion militaire et financière Rdr-rébellion...

Concernant le coup d'Etat de Noël 1999, les faits tels que présentés au tournant des années 1999-2000 par l'AFP :


« Le FPI de Laurent Gbagbo refuse de participer au gouvernement de transition
ABIDJAN, 4 jan (AFP) - 23h24 - M. Laurent Gbagbo, président du Front populaire ivoirien (FPI,socialiste), a annoncé mardi soir que son parti refusait de prendre part au gouvernement de transition dont la composition a été annoncée par la junte au pouvoir en Côte d’Ivoire. M. Gbagbo a déclaré à la presse que ce gouvernement dont la composition avait été annoncé auparavant par le Comité national de salut public (CNSP), la junte du général Robert Geueï au pouvoir depuis le renversement, le 24 décembre, du président Henri Konan Bédié, était un "gouvernement RDR". Le Rassemblement des Républicains (RDR) est le parti de l’ancien Premier ministre Alassane Ouattara. MM. Gbagbo et Ouattara sont considérés comme les deux principaux rivaux pour la prochaine présidentielle. "Si c’est un coup d’Etat RDR, qu’on nous le dise", a déclaré M. Gbagbo [...] ».


« Clash majeur dans le processus de transition
ABIDJAN, 5 jan 2000 (AFP) - 0h08 - Laurent Gbagbo, président du Front populaire ivoirien (FPI, premier parti de l’opposition au président déchu Henri Konan Bédié), a provoqué mardi un clash dans la transition, en refusant de participer au gouvernement de la junte, noyauté selon lui par le parti de son principal rival. Trois heures après l’annonce de la composition du cabinet de transition par le Comité national de salut public (CNSP), la junte du général Robert Gueï au pouvoir depuis le renversement le 24 décembre de M. Bédié, M. Gbagbo a annoncé qu’il "retirait (ses) ministres" de ce qu’il a qualifié de "gouvernement RDR". Le Rassemblement des Républicains (RDR) est le parti de l’ancien Premier ministre Alassane Ouattara. MM. Gbagbo et Ouattara sont les deux principaux rivaux pour la prochaine présidentielle que la junte a promis d’organiser. "Si c’est un coup d’Etat RDR, qu’on nous le dise", a déclaré à propos du putsch militaire M. Gbagbo [...]. "Nous avons cru que le général Gueï était un militaire qui voulait s’entourer de toutes les forces démocratiques pour les aider à aller de l’avant et aboutir à sortir de cette transition pour aboutir à la démocratie," a affirmé M. Gbagbo. "Après plusieurs jours de tractations (sur la composition du gouvernement), nous nous rendons compte qu’il s’agit d’un gouvernement du RDR", a-t-il poursuivi. "Le jour où nous formerons notre gouvernement ce sera à la suite d’une victoire électorale. Le RDR forme son gouvernement maintenant, nous n’allons pas l’accompagner", a-t-il lancé en refusant de "servir de faire-valoir". Rappelant que le FPI avait obtenu 24% des voix aux législatives de 1995 contre 11% au RDR [...] Il a indiqué avoir averti le général Gueï de sa décision, affirmant que le nouvel homme fort du pays lui avait répondu de "venir le voir". Il n’a pas voulu préciser s’il se rendrait à cette invitation. Il a souligné que le FPI restait toutefois "prêt à discuter, à parler, pour mettre en place des institutions démocratiques" comme promis par la junte. »


« L’ancien parti au pouvoir affirme ne pas être représenté au gouvernement
ABIDJAN, 5 jan 2000 (AFP) - 12h04 - Le parti démocratique de Côte d’Ivoire (PDCI, au pouvoir pendant près de 40 ans) a affirmé mercredi à Abidjan ne pas "être représenté" au sein du gouvernement de transition formé mardi par la junte au pouvoir depuis le renversement du président Henri Konan Bédié. "Le PDCI en tant que parti n’a pas de représentant au gouvernement. Aucune des personnes qui ont été appélées n’est venue nous demander notre caution ou appui et nous pouvons affirmer que nous n’avons personne au gouvernement", a déclaré à la presse Jean Konan Banny, président du comité de crise du parti. Le PDCI avait refusé de fournir une liste de "ministrables", comme la junte l’avait demandé aux principaux partis politiques, préférant laisser le soin aux militaires de choisir dans ses rangs les hommes qu’ils voudraient. Trois ministres du gouvernement formé mardi avaient été présentés par la junte comme étant du PDCI. »


À noter que deux jours avant, selon la même AFP - ABIDJAN, 28 déc. (AFP) - 19h35 - [...] « M. Gbagbo a déclaré que l’éventuelle présence du parti de M. Bédié, le Parti démocratique de Côte d’Ivoire (PDCI), dans ce gouvernement de transition ne remettrait pas en cause la participation du FPI. [...] »

1 commentaire:

  1. Voir aussi : "Affaire primature au PDCI - La proposition de Ouattara fâche des hommes de Soro" - jeudi 25 novembre 2010 | L'Inter

    RépondreSupprimer