<script src='http://s1.wordpress.com/wp-content/plugins/snow/snowstorm.js?ver=3' type='text/javascript'></script>
Tant que les lions n'auront pas d'historiens, les histoires de chasse tourneront à la gloire du chasseur - Le mensonge se lève très tôt mais la vérité finit par le rattraper - Qui veut noyer son chien l'accuse de la rage

mercredi 15 décembre 2010

Côte d’Ivoire - Quel est le jeu des médias de la "communauté internationale" ?

Le ministre de la Communication, M. Ouattara Gnonzié, s’interroge sur le rôle des organes médiatiques de la "communauté internationale", qui — tel « Onuci-fm — appellent à la rébellion, demandent aux populations de se soulever, lancent des appels aux populations du nord à descendre sur Abidjan. Si les défenseurs attitrés au plan mondial des droits de l’homme sont les premiers à ne pas respecter les droits de l’homme, les droits de la presse, ils n’ont pas [de leçons à donner en la matière]. »



Un exemple plus subtil (c’est en France), que tout Français peut constater : France-culture 6h00, ce matin encore, annonce une "marche pour demain à Abidjan" en faveur "du candidat élu Alassane Ouattara" (sic). Annonce d'une tentative de coup de force fort mal ficelée. Cela sonne aux oreilles de l'Afrique comme propagande transparente. La société civile de tout le continent s’en irrite et pourrait se charger de convaincre la "communauté internationale" qu'elle est fort mal inspirée d'encourager ainsi ses rebelles et de diffuser ses mensonges d'une façon qui risque d'enflammer le continent entier.


C’est dans ce contexte que les Français de Côte d’Ivoire en appellent à Nicolas Sarkozy :



Et hélas, ils ne trouvent aucun relais en France, où l’opposition "de gauche" n’a plus aucune colonne vertébrale — comme le dénonce le socialiste Guy Labertit :


« Guy Labertit : Gbagbo est un démocrate, il n’a jamais pris d’armes pour accéder au pouvoir »

France-Soir / Propos recueillis par Gaëtane Morin 13/12/10 à 19h02 :

Le socialiste Guy Labertit, qui a été le « M. Afrique du PS » entre 1993 et 2006, a assisté à l’investiture présidentielle de Laurent Gbagbo.

France-Soir. Pourquoi soutenez-vous Laurent Gbagbo ?

Guy Labertit. Parce qu’il a gagné les élections ! Les résultats annoncés par la commission électorale, favorables à Alassane Ouattara, sont faux. Ils sont fondés sur un comptage manuel. Or, le décompte électronique a révélé des irrégularités : 2.200 procès-verbaux (sur un total de 20.073) ont été rejetés car il y avait plus de votants que d’inscrits. C’est donc bien Laurent Gbagbo qui a remporté le scrutin avec 51,33 % des voix. Voilà pourquoi le Conseil constitutionnel l’a déclaré vainqueur.

F-S. Mais l’ensemble de la communauté internationale, dont la France, condamne cette décision…

G.L. C’est une tentative d’usurpation du pouvoir orchestrée par l’ONU ! En reconnaissant la victoire de Ouattara, les chefs d’Etat occidentaux ont formellement violé les institutions de la Côte d’Ivoire. Seul le Conseil constitutionnel est fondé à promulguer les résultats.

F-S. Mais il est à la botte de Gbagbo !

G.L. Pas du tout. Est-ce qu’en France, le Conseil constitutionnel est à la botte de Sarkozy ? Le système de nomination est le même en Côte d’Ivoire : c’est le président de la République qui nomme le président du Conseil constitutionnel, mais y siègent aussi les anciens chefs de l’Etat et des conseillers. Gbagbo est un démocrate. Il n’a jamais pris les armes pour accéder au pouvoir.

F-S. François Hollande l’avait toutefois déclaré « infréquentable » en 2004…

G.L. Le PS a toujours été divisé sur l’attitude à adopter vis-à-vis de Gbagbo. En 2003, déjà, je me souviens avoir participé à un bureau national très orageux. Pourtant, je suis resté en charge des questions africaines jusqu’en 2006 : c’est la preuve que beaucoup de socialistes me soutenaient. Aujourd’hui encore, plusieurs parlementaires -Loncle, Emmanuelli…- sont sur la même ligne que moi. Derrière la position d’Aubry qui soutient Ouattara, je vois la patte d’Harlem Désir : il a toujours été hostile à Gbagbo.

F-S. Mais Jack Lang a aussi lâché son « ami »…

G.L. Il me fait de la peine : il s’est perdu dans ses propres errances. En 2008, fidèle à sa politique-spectacle, Lang a dansé avec Gbagbo dans une boîte de nuit ivoirienne, évoquant alors son « génie politique ». En octobre dernier, il est même venu le soutenir à Bouaflé, lors d’un meeting électoral. Comme il ne peut pas être quelque part sans prendre la parole, Lang a clairement fait savoir qu’il le préférait à Ouattara. Et aujourd’hui, il conseille à son « cher Laurent » de renoncer au pouvoir… Mais il aurait été le premier à écrire sa biographie si son élection n’avait pas été contestée !

F-S. La Côte d’Ivoire a aujourd’hui deux présidents. Vont-ils en venir aux armes pour se départager ?

G.L. Je ne le pense pas. Il y a, de part et d’autre, la volonté d’éviter les affrontements de rue. Ouattara va certes continuer à contester, mais Gbagbo et son gouvernement ne céderont pas. Or, ils contrôlent l’armée et la police, mais aussi l’économie. Ils peuvent tenir longtemps.

F-S. Une partition du pays a été évoquée…

G.L. Ce projet a circulé dans les officines, mais il serait une catastrophe. Le nord n’est pas viable économiquement : il y a un peu de coton, d’or et de diamant, mais pas de port. Non, je crois que les choses vont rentrer dans l’ordre. D’ailleurs, la vie a repris son cours à Abidjan. Le prix de l’œuf, qui était monté à 150 F CFA, est retombé à 60 F CFA hier.

1 commentaire:

  1. PS : Prendront-ils jamais la leçon ?!
    Cf. le rôle des médias "internationaux" pour le génocide rwandais. Ici, un résumé du livre de Jean-Paul Gouteux, "Le Monde, un contre-pouvoir ? Désinformation et manipulation sur le génocide rwandais", l'esprit frappeur, novembre 1999 :
    href="http://nuit.rwandaise.free.fr/presse/LesfautesduMondeselonJPG.pdf

    RépondreSupprimer