<script src='http://s1.wordpress.com/wp-content/plugins/snow/snowstorm.js?ver=3' type='text/javascript'></script>
Tant que les lions n'auront pas d'historiens, les histoires de chasse tourneront à la gloire du chasseur - Le mensonge se lève très tôt mais la vérité finit par le rattraper - Qui veut noyer son chien l'accuse de la rage

mardi 7 décembre 2010

Second tour en Côte d'Ivoire : prenez vos calculettes

... Tel est l'appel de Bokoua Kedier (in "La voix des Gabonais en ligne"), dans l'article ci-dessous :
(suivi - infra - d'une adresse aux électeurs honnêtes de Ouattara et légitimement frustrés.)



"Côte d’Ivoire : Gbagbo Laurent le vrai vainqueur du 2è tour : Démonstration!

Après la vague d’indignations qu’a suscitée la déclaration inélégante et hors délai faite par Youssouf Bakayoko, sur les médias étrangers, de ce qu’il appelle résultats des élections présidentielles 2010, il convient de garder la tête froide et de mener une analyse objective de son contenu. La démonstration ci-dessous relève que les chiffres communiqués par Youssouf Bakayoko sur France 24 contiennent plus 500.000 voix fictives pour Alassane Ouattara.

Démonstration

Voici en substance ce qu’il a dit : Gbagbo Laurent : 2 107 055 voix, soit 45,90% des suffrages exprimés. Alassane Ouattara : 2 483 164 voix, soit 54,10% des suffrages exprimés.

Un simple calcul arithmétique permet d’avoir comme total des suffrages exprimés 4 590 219 (retenez-le quelque part). C’est-à-dire nombre de votants Gbagbo + Alassane. Souvenons-nous que la CEI avait communiqué le nombre total des inscrits à cette élection qui s’élève à 5 776 784 de personnes (source : Sagem sécurité).

Contre toute attente ce nombre est passé à 5 784 490 personnes à la proclamation des résultats au premier tour (source : Abidjan.net). L’écart de 7706 voix n’est pas énorme et ne change vraiment pas grande chose. Mais, l’intérêt est que si cet écart a été admis par tous au premier tour donc, par jurisprudence nous allons adopter les 5 784 490 (retenez-le quelque part) comme nombre d’inscrits pour le second tour. En plus s’il a déjà été utilisé, il n’est pas sensé varier entre deux tours de la même élection.

Total Inscrits 5 784 490 GBAGBO Laurent : 2 107 055, soit 45,90% Alassane Ouattara : 2 483 164, soit 54,10% Total des voix 4 590 219, soit 100% Taux Participation : 79,35% .

Toujours par calcul, il ressort des chiffres communiqués par Youssouf Bakayoko sur France 24, que ce second tour a connu un taux de participation de 79,35% (4 590 219/5 784 490). On retient aussi qu’il n’a pas été communiqué le nombre de bulletins nuls. Pourtant nous savons tous qu’il n’y a pas eu la même affluence dans les urnes au second tour comme au premier. Tous les experts à la suite de ceux de la C.E.I ont estimé ce taux de participation à 70%.

Il y a donc un problème !!! C’est une incohérence grave, que je fais remarquer là !

Vous allez comprendre pourquoi. Voyons la différence entre les taux de participation : 79,35% – 70% = 9,35%. (Ce chiffre parait petit n’est-ce pas ?) Voyons combien de personnes représentent ces 9,35%. Donc, on multiplie le nombre d’inscrits par cet écart, et on obtient 540 850 personnes (retenez-le quelque part).

Je vous présente les statistiques du premier tour dans les zones CNO hors Région vallée du Bandama : Votants 1er tour Savane : 318 187 Denguele : 66 110 Worodougou : 91 993 Bafing : 38 766 Total : 515 056. Au total se sont 515 056 personnes dans les zones CNO hors région vallée du Bandama. Lorsqu’on rapproche ce chiffre à celui relatif à l’écart entre taux de participation 540 850, on observe que les deux chiffres sont presque identiques à 25 000 personnes près.

Conclusion 1 : Puisque plusieurs preuves d’irrégularités, exactions et tricheries témoignent d’un vote non démocratique dans les zones CNO, nous sommes en droit de penser qu’il y a eu fraude massive de plus de 500 000 voix, ce qui pourrait s’interpréter aussi que les zones CNO hors région Vallée du Bandama ont voté deux fois le même jour, dans les mêmes urnes !!!!

Catastrophe démocratique ! A qui profite cette fraude à grande échelle ? La réponse à cette question est immédiate : Alassane Ouattara, si l’on se réfère au déroulement des événements ces derniers jours.

Quel serait donc le vrai score d’Alassane Ouattara sur la même base des données de Youssouf Bakayoko ? Il nous suffit pour cela de retirer les 9,35% votants sur les voix d’Alassane Ouattara. On obtient le tableau ci-après : Total Inscrits : 5 784 490 GBAGBO LAURENT : 2 107 055, soit 52,04% ALASSANE OUATTARA : 1 942 088, soit 47,96% Total : 4 049 143, soit 100% Taux Participation : 70,00%.

Ecart de voix dues au bourrage des urnes en zone CNO : 541 076.

Conclusion 2 : LAURENT GBAGBO est le réel vainqueur de ces élections, sur la base des données communiquées par Youssouf Bakayoko.

Cordialement,
Bokoua Kedier (La voix des Gabonais en ligne)"


*


Problème : France 24 a proclamé une autre interprétation de ces chiffres par la voix de Y. Bakayoko ayant fait les calculs que l'on sait, invalidés par le conseil constitutionnel.

Mais qu’importe le conseil constitutionnel, instance suprême d'un pays souverain qui a donc investi L. Gbagbo à la présidence. Les résultats faux annoncés depuis le QG d'un candidat à une télé étrangère deviennent une vérité "internationale", France/Europe et Etats Unis plus fonctionnaires de l'Onu en tout cas.

On ne peut pas ne pas en tenir compte...

Mais plus important, on ne peut pas ne pas tenir compte des électeurs honnêtes de Ouattara - et il y en a, évidemment, sur tout le territoire. Eux ont été floués par la tricherie massive et violente opérée en faveur de leur candidat dans les zones CNO.

Et c'est surtout pour eux qu'il me semblerait opportun d'organiser rapidement, et au moins dans les zones en question, un nouveau vote. L'Etat y étant toujours inexistant, pour que la même tricherie ne soit pas reproduite (notons que désormais il est clair que le report des élections était non seulement nécessaire mais que le délai a encore été trop court) : pourquoi ne pas imaginer un jour de vote par région, semaine par semaine, de sorte que les forces de surveillance y soient suffisamment nombreuses pour garantir le scrutin ? Cela prendrait quelques semaines, voire quelques mois, mais pourrait mettre fin aux frustrations légitimes.

Par ailleurs, la réélection de Gbagbgo se confirmant au cas échéant, cela permettrait d’asseoir tout à nouveau sa légitimité (qui sans cela sera en permanence contestée comme celle de 2000, advenue dans des conditions elles aussi calamiteuses)...

C'était une suggestion mais je ne doute pas (en tout cas j'espère vivement sa réussite) que Thabo Mbeki saura mieux faire.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire