<script src='http://s1.wordpress.com/wp-content/plugins/snow/snowstorm.js?ver=3' type='text/javascript'></script>
Tant que les lions n'auront pas d'historiens, les histoires de chasse tourneront à la gloire du chasseur - Le mensonge se lève très tôt mais la vérité finit par le rattraper - Qui veut noyer son chien l'accuse de la rage

samedi 8 janvier 2011

Le coup de force "électoral"/médiatique contre la Côte d'Ivoire ayant fait long feu...

Quid des autres options ?...

Lu dans Le Nouveau Courrier N°172 du 07 Janvier 2011 par Emmanuel (extraits) :

"Après l’échec de l’option militaire : Voici le plan B de Sarkozy et ADO contre Gbagbo"

mistral.jpg

Les jours passent sans que les anti-Gbagbo n’obtiennent gain de cause quant au départ du pouvoir de l’actuel chef de l’Etat ivoirien reconnu par les Institutions de son pays. Et pour ne pas perdre la face, le gouvernement français, numéro un d’une conspiration démasquée, se prépare à une opération de force à Abidjan, dans l’ombre de la rébellion de Bouaké.

Depuis 48h, les autorités ivoiriennes ont repéré, dans les eaux internationales, aux portes des eaux territoriales ivoiriennes, un navire de guerre français (bâtiment de projection et de commandement Mistral). C’est un porte-hélicoptères d’assaut pouvant embarquer jusqu’à 16 hélicoptères. C’est aussi un navire amphibie, capable d’exécuter une opération aéromobile à partir de la mer [...] ou effectuer le transport et le débarquement d’un escadron de 40 chars. [...]

Les autorités de la marine qui l’ont repéré ont fait le constat qu’à partir de sa position s’effectuent des survols d’hélicoptères transportant des caisses jusqu’au 43ème Bima. Que contiennent ces caisses ? [...] Il faut rappeler qu’en décembre dernier, un container de l’armée française transportant des munitions avaient été bloqué au port d’Abidjan. A l’aéroport international de Port-Bouët, les autorités douanières avaient également mis la main sur des valises de cette même armée, contenant du matériel électronique.

Le transfert des caisses héliportées entre le navire Mistral et le 43ème Bima par l’armée française se fait-il dans le but de contourner cette fois-ci les autorités ivoiriennes qui sont de plus en plus regardantes sur les mouvements de la force Licorne ?
D’autant plus qu’en dehors des côtes territoriales ivoiriennes, un quelconque contrôle échappe auxdites autorités, du point de vue de la législation, vis-à-vis de ce navire. [...] Pour la crise post-électorale dans laquelle le président Sarkozy est fortement impliqué contre le régime d’Abidjan, la présence du Mistral et les va-et-vient des hélicoptères entre ce navire et le 4ème Bima sont interprétés comme une préparation accrue d’une action militaire contre le régime de Laurent Gbagbo.

Intervention militaire de la France sous le couvert de la rébellion

Tout le ballet militaire de l’armée française sur le territoire ivoirien à un seul objectif : équiper les combattants de la rébellion au nord et les quelques 300 éléments retranchés au Golf Hôtel en vue de l’ouverture de plusieurs fronts, selon une source au sein de la Dgse. Cette source indique que l’armée française «opérera comme elle l’avait fait au Tchad avec Idriss Déby Itno» au cas où les chefs d’Etat africains renoncent à l’option militaire contre Gbagbo que Nicolas Sarkozy appelle de tous ses vœux. Il s’agit pour les hommes de Sarkozy, présents sur le terrain de théâtre à l’ombre de «l’armée de Ouattara au nord et à l’Hôtel du Golf», de créer une passerelle pour favoriser sa progression vers le palais et la Rti. [...]

La suite et l’article en entier : ici

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire