<script src='http://s1.wordpress.com/wp-content/plugins/snow/snowstorm.js?ver=3' type='text/javascript'></script>
Tant que les lions n'auront pas d'historiens, les histoires de chasse tourneront à la gloire du chasseur - Le mensonge se lève très tôt mais la vérité finit par le rattraper - Qui veut noyer son chien l'accuse de la rage

mardi 11 janvier 2011

"Pourquoi nous sommes sont haïs dans le monde entier"

"Pourquoi nous sommes la cible des terroristes"…


Lettre ouverte adressée par Robert Bowman, évêque en Floride, au Président Bill Clinton après les attentats de Nairobi en 1998.

(La version ci-dessous a été modifiée et adressée à Bush après 2001. Quelques termes encore peuvent être changés, notamment désormais le nom du président auquel la lettre est adressée, de Clinton à Sarkozy, et donc du pays : USA pour France et ainsi par conséquent les pays victimes qui ne sont pas exactement les mêmes, concernant ici plus particulièrement l’Afrique. Pour le reste la lettre reste d’actualité, plus criante encore toutefois.)





Monsieur le Président,

Dites la vérité au peuple, M. le Président, sur le terrorisme. Si les mythes sur le terrorisme ne sont pas détruits, alors la menace persistera jusqu’à nous détruire complètement. La vérité est qu’aucune des milliers d’armes nucléaires peuvent nous protéger de cette menace. Ni le système de la "guerre des étoiles" - peu importe qu’il soit techniquement avancé ou que des milliards et des milliards de dollars y aient été dépensés- ne pourra nous protéger d’une arme nucléaire apportée par bateau, par avion ou dans une voiture louée.

Nous ne sommes pas à l’abri d’une bombe terroriste, malgré les US$ 270.000.000.000 dépensés par année dans ce que vous appelez "notre système de défense", un système qui ne peut éviter une bombe terroriste ; ceci est un fait militaire.

Comme Lieutenant-colonel retraité et comme conférencier souvent sollicité dans des débats sur de sécurité nationale (des USA), j’ai toujours cité et mis en évidence le psaume 33 : "un roi n’est pas en sécurité parce que son armée est puissante, pas plus qu’un guerrier n’est en sécurité parce qu’il est très fort". Alors, que pouvons-nous faire ? Existe-t-il quelque chose que nous pouvons faire pour garantir la sécurité de notre peuple ? Il en existe. Mais pour comprendre cela, nous avons besoin de savoir la vérité sur la menace terroriste.

M. le Président, vous n’avez pas dit la vérité au peuple américain, vous ne nous avez pas dit pourquoi nous sommes la cible du terrorisme, quand vous avez cru bon d’expliquer les raisons qui justifient le bombardement de l’Afghanistan et du Soudan. Vous avez dit que nous sommes la cible du terrorisme parce que nous défendons la démocratie, la liberté et les droits humains dans monde. Quelle absurdité, M. le Président ! Nous sommes la cible des terroristes parce que, dans la plus grande partie du monde, notre gouvernement a défendu la dictature, l’esclavage et l’exploitation humaine. Nous sommes la cible des terroristes parce que nous sommes partout haïs. Et nous sommes haïs parce que notre gouvernement a fait des choses odieuses.

Dans un très grand nombre de pays, des agents de notre gouvernement ont réalisé des coups d’état contre des leaders populairement élus, en les remplaçant par des dictateurs militaires, par des marionnettes désireuses de vendre leur propre peuple à des corporations américaines multinationales ! Nous l’avons fait en Iran quand les Marines et la CIA ont renversé Mossadegh parce qu’il avait l’intention de nationaliser le pétrole. Et nous l’avons remplacé par le Shah Reza Palhevi, puis nous avons armé, entraîné et payé sa garde nationale haïe -la Savak- qui a brutalisé le peuple iranien et l’a rendu esclave pour protéger l’intérêt financier de nos compagnies de pétrole. Après cela, sera-t-il difficile d’imaginer pourquoi il existe en Iran des personnes qui nous haïssent ?

Nous avons fait la même chose au Chili, nous avons fait la même chose au Vietnam, plus récemment nous essayons de le faire en Iraq. Et, à plusieurs reprises, nous l’avons ouvertement fait au Nicaragua et dans d’autres républiques de l’Amérique Latine. Coup après coup, nous écartons du pouvoir des chefs populaires qui souhaitaient que les richesses de leur terre soient distribuées à la population qui les a produites. Et nous les remplaçons par des tyrans assassins décidés à vendre leur propre peuple moyennant le paiement de pourboires volumineux pour grossir leurs comptes bancaires particuliers, pour que les richesses de leur propre terre puisse être accaparée par le Domino Sugar, l’United Fruit Company, la Folgers ..

Dans tous ces pays, notre gouvernement a obstrué la démocratie, suffoqué la liberté et piétiné les droits humains. Voilà pourquoi nous sommes haïs partout dans le monde. Voilà pourquoi nous sommes la cible des terroristes. Le peuple du Canada jouit de la démocratie, de la liberté et des droits humains, ainsi que les peuples de Norvège et de la Suède. Avez-vous entendu parler d’ambassades canadiennes, norvégiennes ou suédoises bombardées ? Nous ne sommes pas haïs parce que nous pratiquons la démocratie, la liberté ou les droits humains. Nous sommes haïs parce que notre gouvernement nie ces choses-là aux peuples des pays du Tiers Monde, dont les ressources sont convoitées par nos corporations multinationales. Cette haine que nous injectons partout s’est retournée contre nous pour nous surprendre, sous forme de terrorisme et, dans le futur, sous forme de terrorisme nucléaire.

Une fois que la vérité sur les causes du terrorisme sera dite et qu’elle sera comprise, la solution à ce problème sera évidente. Nous avons besoin de changer nos coutumes. De nous débarrasser de nos armes nucléaires (même unilatéralement si c’est nécessaire) et d’améliorer notre sécurité. En changeant radicalement notre politique extérieure, ce sera garanti. Au lieu d’envoyer nos fils et nos filles tuer des Arabes de façon à leur ravir le pétrole qui existe sous leurs sables, nous devrions les envoyer reconstruire leurs infrastructures, leur fournir de l’eau potable et nourrir leurs enfants affamés. Au lieu de continuer à tuer quotidiennement des milliers d’enfants iraquiens avec nos sanctions économiques, nous devrions aider les iraquiens à reconstruire leurs usines électriques, leurs stations de traitement d’eau, leurs hôpitaux, et toutes ces autres choses que nous détruisons et dont nous empêchons la reconstruction avec nos sanctions économiques.

[…] Au lieu de soutenir la confusion, la déstabilisation, le meurtre et la terreur partout dans le monde, nous devrions abolir la CIA et donner l’argent qu’elle dépense […]. En résumé, ne devrions-nous pas être bons au lieu d’être mauvais, et ce faisant, nous présenter sous un jour plus favorable ?
Qui pourrait dans cette perspective nous haïr ?
Qui pourrait vouloir nous bombarder ?
Voilà la vérité, M. le Président.
Celle que le peuple américain a besoin d’entendre."


Robert Bowan, évêque

Traduction adaptée de Henri Alphonse, Journaliste pour l’Environnement, Jacmel, Haïti.

1 commentaire:

  1. En tout cas, ce qui se passe en Tunisie, où la France "ne veut pas donner de leçons" http://www.20minutes.fr/article/651148/monde-la-france-veut-donner-lecons-tunisie, suffit à démolir toute la propagande "démocratique" pour Ouattara en Côte d'Ivoire...
    Ça tombe franchement mal ! Font chier ces Arabes :D :D :D :D !!!

    RépondreSupprimer