<script src='http://s1.wordpress.com/wp-content/plugins/snow/snowstorm.js?ver=3' type='text/javascript'></script>
Tant que les lions n'auront pas d'historiens, les histoires de chasse tourneront à la gloire du chasseur - Le mensonge se lève très tôt mais la vérité finit par le rattraper - Qui veut noyer son chien l'accuse de la rage

lundi 21 février 2011

Côte d’Ivoire : des parlementaires occidentaux se prononcent (2)

Un député français UMP.

« […] La communauté internationale a paradoxalement soutenu ceux qui se sont maintenus en Tunisie et en Égypte contre le peuple, mais en Côte d'Ivoire cela semble être l'inverse… N'est-ce pas surprenant ?

Ce qui me frappe beaucoup, c'est que les événements qui ont secoué le monde ces derniers temps ont montré qu'il y avait de la part de la diplomatie officielle française un formidable éloignement des réalités du terrain et des aspirations des peuples. Comment expliquer qu'au mois de décembre dernier, des élections se soient produites en Égypte dans des conditions scandaleuses, ignobles, indignes, avec des pressions et des violences... De nombreux pays ont exprimé leur réprobation, mais la France a fait un silence total. En Tunisie, lorsque les députés ont prévenu la ministre des Affaires étrangères qu'il y avait un pouvoir politique dictatorial très puissant, eh bien, c'était le silence radio. En revanche - c'est là où il y a deux poids deux mesures - le scandale de l'époque, c'était uniquement la Côte d'Ivoire : la version officielle consistait à dire que le Président proclamé élu par les institutions de son pays, le Conseil constitutionnel, devait être déclaré autoproclamé et qu'une commission indépendante composée d'étrangers et de 80% d'opposants au président sortant devait donner la légitimité à son adversaire ! Ces deux poids deux mesures sont absolument inexplicables. C'est pourquoi je trouve tout-à-fait légitime le voyage de parlementaires français en Côte d'Ivoire, parce qu'il est à l'honneur de ces parlementaires de vouloir comprendre la réalité du terrain et de ne pas s'en tenir à une diplomatie totalement éloignée du peuple.

Donc, selon vous, il faut que des parlementaires français aillent en Côte d'Ivoire…

Bien sûr ! Il est normal, compte tenu de l'éloignement de la politique officielle des réalités du terrain, que des parlementaires aillent voir sur place ce qui se passe. Ils répondent même à un vœu exprimé par le président Sarkozy pendant sa campagne électorale, où il disait qu'il ne fallait pas confier la diplomatie uniquement aux diplomates professionnels et que les élus devaient s'y impliquer davantage. Le fait d'avoir interrompu le projet de visite de parlementaires français en Côte d'Ivoire est très choquant au moment où la liberté d'expression a remporté une grande victoire en Tunisie et en Égypte. Comment comprendre qu'au même moment, en France, on veuille supprimer la liberté d'une enquête indépendante de la part de parlementaires ?

Vous évoquez ce projet de voyage de parlementaires français en Côte d'Ivoire : l'Élysée et le Quai d'Orsay ont clairement interdit à trois députés de partir…

C'est à contretemps et c'est à l'inverse de l'évolution en Afrique où l'on va vers plus de liberté d'expression. L'intérêt d'un tel voyage de parlementaires, c'est qu'ils venaient par leurs propres moyens et non avec un avion financé par le gouvernement français ou le parlement. En effet, lorsque les parlementaires arrivent en voyage officiel, ils sont figés, ils doivent manier la langue de bois et la conclusion qu'ils tirent généralement, après avoir accumulé de nombreuses informations, correspond exactement à celle dont ils étaient porteurs au départ… Là, il s'agit de parlementaires qui venaient simplement porter un regard indépendant, et aussi objectif que possible, sur la situation ivoirienne.

Ainsi, même si cela met en colère Nicolas Sarkozy ou François Fillon, vous dites à vos collègues parlementaires : ayez un peu de courage, n'oubliez pas que vous êtes des élus de la Nation...

Je dis toute mon estime à ces parlementaires. Le président Obama a rappelé une vérité très profonde, qui est que l'Afrique a besoin que l'on respecte les institutions des pays en évitant d'entrer dans les questions de personnes. C'est donc dans ce respect que les députés français peuvent aller parler aux représentants du peuple ivoirien, qui traverse des difficultés, pour leur dire leur amitié, leur considération et leur dire que nous avons confiance en eux pour régler eux-mêmes leurs propres problèmes.

Au cours de ces dernières semaines, on a remarqué, notamment lors des questions au gouvernement, que chaque fois que des députés interrogent François Fillon ou Michèle Alliot-Marie sur la Tunisie ou sur l'Égypte, ils sautent comme des cabris : «La Côte d'Ivoire, la Côte d'Ivoire…» Cela semble une obsession…

Je ne critiquerai pas Michèle Alliot-Marie, parce qu'on ne peut pas critiquer quelqu'un qui arrive ministre des Affaires étrangères et qui ne connaît rien du terrain des pays étrangers ! Le fait d'aller en touriste dans un pays comme la Tunisie ne vous ouvre absolument pas les yeux sur la réalité sociale de la Tunisie... Donc, ils cherchent des critiques sur la Côte d'Ivoire et je ne comprends pas l'attitude du gouvernement français à l'égard de la Côte d'Ivoire. Cela justifie donc une visite de parlementaires français dans ce pays. Il y a une espèce de personnalisation du problème de cette présidentielle qui ne nous regarde pas. En d'autres termes, le gouvernement français s'est mis dans une impasse. C'est ce que j'ai dit il y a près de deux mois : on ne se mêle pas des problèmes intérieurs d'un pays indépendant. »


Il s’agit de Didier Julia, député UMP de Seine-et-Marne et membre de la commission des affaires étrangères.

« Il reste fidèle à ses idées », dit la présentation de Kernews : « Tout le monde reconnaît qu’il a toujours eu une vision juste des problèmes liés à l’Afrique et au monde arabe. Cette semaine, il évoque l’actualité et se prononce pour ce qu’il appelle «la diplomatie parlementaire». En effet, l’Elysée et le Quai d’Orsay viennent d’interdire à des députés UMP de se rendre en Côte-d’Ivoire. Or, Didier Julia estime que la diplomatie parlementaire doit jouer son rôle. Des propos qui risquent encore de déplaire à Michèle Alliot-Marie… Didier Julia était l'invité de Yannick Urrien mercredi 16 février à 8h10. »

Interview sur Kernewsenregistrement ici.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire