<script src='http://s1.wordpress.com/wp-content/plugins/snow/snowstorm.js?ver=3' type='text/javascript'></script>
Tant que les lions n'auront pas d'historiens, les histoires de chasse tourneront à la gloire du chasseur - Le mensonge se lève très tôt mais la vérité finit par le rattraper - Qui veut noyer son chien l'accuse de la rage

samedi 26 février 2011

Hommage aux Burkinabè

À ne pas confondre avec Blaise...

Au moment où l'histoire s'accélère et où le fruit de l'enquête des Présidents et experts de l'UA est près d'être livré... Ce qui semble troubler très fort le camp du Golf/Onuci, qui depuis multiplie ses attaques guerrières.

Au moment où donc les vieilles ficelles ressortent, comme celle qui consiste à attribuer la vieille querelle Bédié/Ouattara sur la nationalité de celui-ci à Gbagbo ! (lequel a voté contre la loi de Bédié sur l'"ivoirité" et a mis fin à la querelle par décret, déclarant Ouattara ivoirien), les Burkinabè de Côte d'Ivoire, eux, ne s'y trompent pas.

Coupant la chique de tous ceux qui sont prêts à toutes les dérives communautaires ou "ethniques"...

Soutien des chefs coutumiers burkinabé
Résidant en côte d’Ivoire au président Laurent Gbagbo :


La réalité c'est que le continuum Burkina - Côte d'Ivoire pour la libératoin de l'Afrique est indissoluble. Quoiqu'il arrive dans la suite des jours, Laurent Gabgbo est déjà entré dans l'histoire comme le continuateur de Thomas Sankara - comme Mandela aura été celui de Lumumba.

Le reste n'est que soubresauts : les accusations, calomnies et mensonges tomberont d'eux-mêmes, comme se décante déjà la "vérité" de la "communauté internationale unanime" d'il y a deux mois, près d'être réduite au tandem Choï-Sarkozy.

Sur Thomas Sankara :




Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire