<script src='http://s1.wordpress.com/wp-content/plugins/snow/snowstorm.js?ver=3' type='text/javascript'></script>
Tant que les lions n'auront pas d'historiens, les histoires de chasse tourneront à la gloire du chasseur - Le mensonge se lève très tôt mais la vérité finit par le rattraper - Qui veut noyer son chien l'accuse de la rage

lundi 14 mars 2011

Les "médias internationaux" et le parler "novlangue"

"Le novlangue (Newspeak en anglais) est la langue officielle d’Océania, inventée par George Orwell pour son roman 1984 (publié en 1949). C'est une simplification lexicale et syntaxique de la langue destinée à rendre impossible [...] toute formulation de critique (et même la seule « idée » de critique). Le novlangue [...] doit favoriser la parole officielle et empêcher l'expression de pensées hétérodoxes ou critiques. En 1984, l’usage du novlangue n’était pas encore très répandu et il n’était alors maîtrisé à l’oral et à l’écrit que par des spécialistes ; mais il est destiné à remplacer totalement le Oldspeak (ou anglais standard), un objectif fixé pour les années 2050."


L'AFP et les médias français sont en bon chemin, qui choisissent désormais systématiquement le terme "insurgés" pour désigner les bandes surarmées appuyées par Licorne et l'Onuci pour déstabiliser la Côte d’Ivoire républicaine et souveraine.

Et évidemment on nous fournit les "preuves" que c'est le bon vocable. France Culture dans ses journaux du matin de nous servir aujourd'hui  - comme une de ces preuves - une manifestation ivoirienne issue d'un parfait mimétisme sarkozien en soutien à Kadhafi (les ennemis de mes ennemis...) - où le terme "insurgés" est de même invariablement employé à l'appui de la politique sarkozienne.

Et d'insiter sur l'idée qu'on appellerait à tort les rebelles "rebelles" puisqu'ils soutiennent le "seul président légitime, Ouattara" (CQFD) !!! - tandis qu'ils "gagnent du terrain à l'Ouest" à mains nues ou presque ("gain de terrain" qui est loin d'être avéré, non plus qu'à Abobo, mais il faut ce qu'il faut : France culture est en propagande de guerre).

Et, bouquet final, l'interview d'un rebelle par "notre envoyé spécial, Hervé Toutain", qui sert la soupe audit rebelle d'une façon éhontée : "vos [rares] armes vous les avez prises aux Fds n'est-ce pas ?" (en substance). Et le rebelle de se précipiter sur la suggestion : "oui oui, quand nous faisons fuir les Fds, ils abandonnent leurs armes".

Voilà donc des "insurgés" "à mains nues", qui, "à mains nues" font fuir des Fds surarmés et leur prennent leurs armes. C'est comme ça sans doute qu'il faut expliquer les coups d'Etat à répétition dont celui (raté) de 2002. Exit le soupçon que pourrait concevoir l'auditeur, se demandant d'où viennent les lance-roquettes, les 4x4 suréquipés de matériel militaire sophistiqué. Exit les questions sur le soutien évident de l'Onuci lors que la manifestation pacifique à l'arme lourde du 16.12.10. Exit les questions sur les 30 conteneurs d'armes estampillés Onu en provenance du Tchad et à destination de la Côte d'Ivoire saisis la semaine dernière au Cameroun. Etc., etc.

Exit de même les questions sur l'attaque à l'arme lourde, ce matin, du village du chef d'Etat major des armées, le Gal Mangou, tandis que Licorne et l'Onuci, en appui comme d'habitude, bloquent les voies d'accès pour que leurs "insurgés" "à mains nues", mais aux lance-roquettes quand même, puissent en toute quiétude mettre en péril la vie du chef de l'armée de la République souveraine de Côte d'Ivoire...

*

Autre aspect de 1984 : la correction permanente de l'histoire :


Hautetfort a censuré le blog que j'ai chez eux à la demande de l'AFP :

"Votre blog a fait l'objet d'une plainte de l'AFP concernant des articles que vous avez publiés sans en avoir l'autorisation et listés ci-dessous. Ces articles ont été retirés de la publication et sont à présent en mode brouillon. Vous ne devez pas remettre en ligne ces contenus faute de quoi nous serons amenés à fermer l'accès à votre blog, conformément aux CGU. Articles retirés : http://unevingtaine.hautetfort.com/archive/2007/06/04/affaire-bombardement-de-bouake-la-france-a-la-recherche-de.html"

J'ai quand même signalé à Hautetfort mon très grand étonnement : l'article en question (de 2007 !) n'est pas repris de l'AFP mais du journal ivoirien Le Temps, avec une brève citation de l'AFP avec mention de sa source - ce qui a dû induire l'AFP en erreur (jusqu'à imaginer que l'article du Temps était de l'AFP !!! ).

Il en ressort tout de même que l'AFP ne souhaite pas que ce qu'elle publiait il y a trois ans puisse être retrouvé" aujourd'hui ! C'est que depuis, l'AFP a corrigé l’histoire...

2 commentaires:

  1. Beaucoup d'Africains croient que la presse française est plus libre que dans n'importe quel pays africain. Quand on voit les journaux français s'aligner tous sur la même position et produire les mêmes analyses, on ne peut que se demander s'ils savent encore ce que veut dire l'esprit critique.

    RépondreSupprimer
  2. Eh oui, St-Ralph, c'est "la voix de son maître".
    Mais ça devra changer devant le discrédit que ça leur coûte.

    RépondreSupprimer