<script src='http://s1.wordpress.com/wp-content/plugins/snow/snowstorm.js?ver=3' type='text/javascript'></script>
Tant que les lions n'auront pas d'historiens, les histoires de chasse tourneront à la gloire du chasseur - Le mensonge se lève très tôt mais la vérité finit par le rattraper - Qui veut noyer son chien l'accuse de la rage

jeudi 7 avril 2011

Diplomatie et médias français collectionnent des points Godwin en douce...

... En nous refilant, déclaration après déclaration, journal après journal, un hypothétique "bunker" (sic) de Gbagbo - sous entendu : "bunker" suivez mon regard : oui "bunker", ce mot allemand, "bunker" vous savez, là où a terminé un certain "bunkerisé" allemand en 1945. Allez vous voyez bien ce qu'on veut dire, encore un effort...

"Qui veut noyer son chien l'accuse de la rage"... et finit, à défaut d'arguments, par le comparer au pire des enragés, serait-ce en nommant n'importe quel bâtiment où il se trouverait "bunker". Façon discrète d'accumuler des points Godwin !


"La loi de Godwin provient d'un énoncé fait en 1990 par Mike Godwin relatif au réseau Usenet, et popularisée depuis sur Internet : « Plus une discussion en ligne dure longtemps, plus la probabilité d'y trouver une comparaison impliquant les nazis ou Adolf Hitler s'approche de 1. » […].
Cette « loi » s'appuie sur l'hypothèse selon laquelle une discussion qui dure peut amener à remplacer des arguments par des analogies extrêmes. L'exemple le plus courant consiste à comparer le thème de la discussion avec une opinion nazie ou à traiter son interlocuteur de nazi et de fasciste […].
Les francophones jouent souvent sur deux sens du mot « point » qui peut désigner :
- soit le moment de la discussion auquel le dérapage survient ; dans ce sens du terme, on atteint le point Godwin ;
- soit le point en tant que récompense ou mauvais point attribué au participant qui aura permis de vérifier la loi de Godwin en venant mêler Adolf Hitler, le nazisme ou toute idéologie extrémiste à une discussion dont ce n'est pas le sujet ; dans ce sens du terme, on marque ou gagne un point Godwin.
En rhétorique, l'existence de la pseudo-locution latine Reductio ad Hitlerum est attestée depuis les années 1950.
Dans le folklore Usenet, on considère que vérifier la loi de Godwin revient à « perdre » le débat."

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire