<script src='http://s1.wordpress.com/wp-content/plugins/snow/snowstorm.js?ver=3' type='text/javascript'></script>
Tant que les lions n'auront pas d'historiens, les histoires de chasse tourneront à la gloire du chasseur - Le mensonge se lève très tôt mais la vérité finit par le rattraper - Qui veut noyer son chien l'accuse de la rage

mercredi 11 mai 2011

Chasse à l’homme en Côte d'Ivoire : "à lire la presse en France, on a l’impression que les choses vont de mieux en mieux. Ce n’est absolument pas vrai"

"Alassane Ouattara a envoyé un terrible message à ses troupes armées sur le terrain. Montrer en boucle des militaires pro-Ouattara outrager les cadavres des gardes présidentiels a été reçu comme un coup d’envoi à la chasse aux sorcières," écrit Sophie Langlois de Radio-Canada...


tortures béchio.jpg
Jean-Jacques Béchio, ancien ministre "accueilli" au Golf, Qg de Ouattara


" [...] Les images de l’arrestation de Laurent et de Simone Gbagbo, de leur fils ensanglanté, annonçaient une traque sans pitié. D’un côté, Ouattara donnait l’assurance que l’ancien chef d’État serait traité dignement, de l’autre, sa télévision diffusait des images humiliantes. Des images qui ne pouvaient que choquer la moitié des Ivoiriens qui ont voté pour Gbagbo. Des images qui ne pouvaient qu’alimenter les rancunes, la colère, qu’inciter les fidèles du président défait à poursuivre leur lutte insensée.

En infligeant une telle humiliation publique à son adversaire, Alassane Ouattara envoyait un terrible message à ses troupes armées sur le terrain. Montrer en boucle des militaires pro-Ouattara outrager les cadavres des gardes présidentiels a été reçu comme un coup d’envoi à la chasse aux sorcières.


Chasse aux partisans pro-Gbagbo

Dès le 12 avril, Amnesty International dénonçait des actes de représailles et de violences à l’encontre des pro-Gbagbo, rapportait des témoignages de meurtres, d’habitants terrorisés. Le chercheur responsable de l’Afrique à Amnesty International, Salvatore Saguès, lançait ce cri d’alarme sur les ondes de Radio France International le 15 avril.

« Il y a réellement une chasse à l’homme maintenant à Abidjan et il faut y mettre un terme immédiatement. C’est gravissime. Vous savez comment Amnesty a critiqué constamment pendant dix ans ce qu’a fait Laurent Gbagbo. Mais ce qui se passe actuellement est inimaginable! Il y a des gens sans aucun contrôle qui sont en train de commettre des choses barbares et il faut absolument que cela se sache. Je suis assez étonné de la teneur de la presse en France. On a l’impression que les choses vont de mieux en mieux. Ce n’est absolument pas vrai. Nous n’avons aucune sympathie pour l’ancien régime, mais ce qui est en train de se passer est inadmissible [...] Ces exactions sont commises par des hommes en armes. Soit ce sont des personnes qui appartiennent aux Forces républicaines (pro-Ouattara), soit les Forces républicaines ne font rien pour arrêter ces personnes. Et donc, les autorités sont responsables de ce qui se passe là-bas. Actuellement à Abidjan, il y a des milliers de personnes qui sont terrifiées et qui sont en danger. »

Le plus inquiétant face aux témoignages innombrables faisant état de cette chasse aux sorcières, c’est le déni du gouvernement Ouattara. « Dire que des personnes se réclamant d’Alassane Ouattara pourchassent des hommes à Abidjan est totalement faux! Il ne faut pas dire des contre-vérités aussi graves que celles-là, » déclarait Patrick Achi, le porte-parole du gouvernement Ouattara.


« Venez nous sauver »

[...] Des pro-Gbagbo connus, mais aussi des gens non engagés, dont le seul tort étaient de vivre dans un quartier connu pour héberger des partisans de Laurent Gbagbo, ou, à San Pedro notamment, d’être membre d’une ethnie ayant la réputation de voter davantage pour l’ancien président. Je n’oublierai jamais la voix de cette femme, la mère d’une pro-Gbagbo vivant au Canada, elle-même apolitique. Elle chuchotait pour ne pas se faire entendre des agresseurs dans la rue, en train de piller la maison du voisin. Elle était convaincue d’être la prochaine cible. Je n’ai plus eu de ses nouvelles. [...]"

Lire l'article de Sophie Langlois en entier sur le blog de Djignab...

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire