<script src='http://s1.wordpress.com/wp-content/plugins/snow/snowstorm.js?ver=3' type='text/javascript'></script>
Tant que les lions n'auront pas d'historiens, les histoires de chasse tourneront à la gloire du chasseur - Le mensonge se lève très tôt mais la vérité finit par le rattraper - Qui veut noyer son chien l'accuse de la rage

lundi 16 mai 2011

"Les FRCI de Ouattara mènent une chasse à l’homme" dans l'Ouest de la Côte d' Ivoire

... Et le porte-parole de Ouattara accuse la résistance pro-Gbagbo (dite "mercenaires", à côte de "miliciens") de tuer... ses propres partisans !

"Depuis que les forces résistantes ont entrepris de se replier vers leurs bases arrières pour laisser une chance à la réconciliation, elles font face à des provocations de la part des forces pro-Ouattara.

http://t2.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcTxPdT6CBjNJjseL_4YSmqZG-VN16wGVDOPsOjHGqF07p9Bbtm_9g

Après les évènements de Dabou et de Grand-Lahou, elles viennent d'être attaquées dans les régions de Soubré et de Fresco par les FRCI, alors que celles-cei ne faisaient que traverser ces localités pour se rendre dans leurs bases.

La riposte ne s'est pas fait attendre. Les résistants ont pilonné les positions des forces rebelles de Ouattara jusqu'à les mettre en déroute surtout dans la ville de Fresco et dans la sous-préfecture d'Okrouyo, dans le département de Soubré. Localités que les forces résistantes ont occupé du vendredi 6 mai au Mercredi 11 au petit matin, selon des témoins sur place.

L'occupation de ces deux petites villes par les résistants était dans le seul but de dégager le voix pour faciliter la traversée des véhicules de transport des troupes et les engins de combats, rapporte un combattant de la résistance. Lorsque l'opération s'est achevée, les combattants qui tenaient les deux localités, les ont abandonné pour rejoindre les autres troupes qui étaient déjà très avancée dans leurs migrations vers leurs bases arrières.

Il faut tout de même signaler que pendant ce temps d'occupation, les forces pro-ouattara mises en déroute ce sont réorganisées. Avec des renforts venus de Bouaké, de Gagnoa, et d'Abidjan, elles ont tenté de déloger les forces résistantes, mais en vain. Elles ont plutôt essuyer d'énormes pertes en vies humaines et en matériels de guerre.

Les forces pro-ouattara se sont donc repliées, pour revenir après le départ des forces résistantes. Pour venger leurs morts, ces forces sanguinaires de Ouattara, s'en sont pris comme d'habitude aux populations autochtones supposées favorables au régime du président Gbagbo.

Jusqu'à ce que nous mettions sous presse, les exactions n'avaient pas cessé. Les populations autochtones d'Okrouyo vivent actuellement l'enfer. Leur chef de village et l'un de ses notables, présentés comme un soutien fort aux résistants, ont été abattus. Plusieurs villageois ont été faits prisonniers dans les villages de Gbalebouo et Zegbodoua, selon un habitant des lieux. A Gbalebouo par exemple, notre informateur relève sept arrestations tandis qu'à Zegbodoua, l'on enregistre 4 arrestations. Ceux qui ont été faits prisonniers et présentés comme "milices" à tort ont été conduits vers une destination inconnue.

"les FRCI mènent une chasse à l’homme dans les villages autochtones", rapporte un témoin. Selon ce même témoin, une fois arrivées dans les villages d'Okrouyo, Koudouhio, Madeihiri, les FRCI n'ont pas fait dans la dentelle. A l'en croire, elles auraient abattu les chefs des-dits villages avec leurs notables. «Présentement où je vous parle nous vivons mal, nous sommes en brousse, les allogènes ont monté les FRCI contre les autochtones», nous a-t-il expliqué, la voix à peine audible. Une autre source d'information sur place nous a indiqué que les FRCI sont aussi arrivés dans la localité de Pada où ils commettent actuellement des exactions sur les populations civiles."

Sur cotedivoire-lavraie.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire