<script src='http://s1.wordpress.com/wp-content/plugins/snow/snowstorm.js?ver=3' type='text/javascript'></script>
Tant que les lions n'auront pas d'historiens, les histoires de chasse tourneront à la gloire du chasseur - Le mensonge se lève très tôt mais la vérité finit par le rattraper - Qui veut noyer son chien l'accuse de la rage

lundi 23 août 2010

Notre-Dame, 2037

"Dans cinquante ans, Notre-Dame sera une mosquée", avance Cioran en 1987 (Cahier de L'Herne, p. 412-415).

Cioran anticipe cela sans drame, comme un état de fait au moins probable, pour ne pas dire carrément inélutable : "c'est inévitable, avec l'usure du christianisme et du catholicisme, qu'on en aboutisse là." (Ibid.)




Cela, pour lui, relève du constat historique plus que d'un drame dont il y aurait lieu de se formaliser. Comme une règle de l'Histoire, qui régissait déjà le renversement de l'Empire romain par le christianisme, qui dit-il, faisait "horreur" à "l'intelligentsia romaine", et qui "est venu [...] par les immigrés". (Ibid.)

"L'histoire est sans pitié, il ne faut pas se faire d'illusions, c'est un phénomène inexorable [que l'agonie de toute civilisation]. Regardez la France, c'était la nation le plus guerrière de l'Europe [...]. Eh bien c'est tellement évident que la France ne l'est plus. La France s'est usée à force de faire des guerres." (Ibid.)

Et Cioran de préciser que l'islam en est "à peu près" où était le catholicisme à l'époque de Croisades... Tandis que "la France est usée".

Reste la question de savoir : pour quoi en faire de cette mosquée parisienne (Notre-Dame) ? Car l'islam lui aussi se conjugue au passé. Ses références civilisationnelles oscillent entre la Bagdad des "Mille et une nuits" et "Al Andalus" !

Et quand les références sont au passé !... Bien plus ancien que Voltaire !, dont les écrits signent, eux, que la France (et pas elle seule en Europe) se conjugue au passé... depuis sa victoire de 1945 !

Voltaire, dont les valeurs qui ont triomphé en 1945 contraignent d'occulter le fait qu'il ne les partageait pas toutes, loin s'en faut - "... des singes, des éléphants, des nègres, semblent avoir tous quelque lueur d'une raison imparfaite" (Traité de métaphysique, 1739) !

Et Voltaire (sauf pour le style et la façon de le dire) n'est pas très original en son temps et après. Je suppose que l'impossibilité de faire accéder ma note précédente au tapis de référencement des blogs Nonobs (le "TRAC") doit quelque chose à Alphonse Daudet ! Et que dire de Hugo, Chateaubriand, Hergé au Congo, De Gaulle himself (tous marchant allègrement dans les pas d'Ibn Khaldun tentant d'adapter la dhimmitude !)...

Bref, on est passé, définitivement avec la victoire de 1945, et avec son expression de 1948 (Déclaration universelle des Droits de l'Homme) à un état de prise de conscience de la Déclaration des Droits de l'Homme de 1789 telle qu'elle rend inassimilables des pans entiers de l'oeuvre et de la pensée de ceux qui nous ont transmis ces Droits (leur considération des "non-blancs" et des femmes - illustration : la fin tragique, sous la Révolution, de Toussaint Louverture et d'Olympe de Gouges qui croyaient... que tant pour les "non-blancs" que pour les femmes, on était déjà en 1945).

L'islam, sous la forme par laquelle Cioran le voit planter le Croissant au sommet des minarets de Notre-Dame, est pour sa part, bien en-deçà de 1789, pour ne rien dire de 1945 ou 1948 (avec sa tentative de régression en Droits "islamiques" de l'Homme) ! Et gageons que si Cioran a vu juste, l'islam entrera dans son propre processus d'usure à cet instant même où Notre-Dame sera repeinte en mosquée ! Pour la simple raison que tout acquis culturel (en Al Andalus, on le savait déjà !) use inéluctablement : il use l'Empire romain, le catholicisme, les Lumières... et l'islam.

Et fait perdre tout repère. C'est ainsi que la France de "l'identité nationale" actuellement au pouvoir piétine allègrement - sans doute au nom d'autres "valeurs", disons... économiques - les valeurs qu'elle prétend défendre, si l'on en croit le pape lui-même s'exprimant (hier 22 août) en français.

C'est ainsi que déjà celle de Chirac usait de ses armes - au bénéfice des dites valeurs disons... économiques" - pour une interposition en Côte d'Ivoire en faveur d'une rébellion arborant le tee-shirt "Ben Laden", contre un pouvoir de gauche laïque élu (et taxé dès lors de xénophopbie !)

C'est ce qu'on appelle se tirer une balle dans le pied ! Peu de doute que si un nouveau combat laïque doit être tenu face à l'obscurantisme barbu, il devra partir de la gauche, comme en Côte d'Ivoire. Il devra n'avoir pas peur de Daudet et de son Tartarin, ou de Tintin, mais aussi ne pas y croire, et rire de ce qu'ils doivent quand même à Voltaire et Hugo, et qui n'a sa place que dans les livres d'Histoire.

On ne bâtit pas sur la nostalgie de ce qui est irrémédiablement (et pour une large part, heureusement) usé, que cela sorte d'Al Andalous, ou du Paris de Notre-Dame et des Lumières.


King Crimson, Starless (Red - 1974)

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire