<script src='http://s1.wordpress.com/wp-content/plugins/snow/snowstorm.js?ver=3' type='text/javascript'></script>
Tant que les lions n'auront pas d'historiens, les histoires de chasse tourneront à la gloire du chasseur - Le mensonge se lève très tôt mais la vérité finit par le rattraper - Qui veut noyer son chien l'accuse de la rage

jeudi 21 octobre 2010

L'insolence de Guerlaintintin

Une vidéo d'archive qui montre un Guerlaintintin* plus jeune que le vieux monsieur distingué devant Elise Lucet. Un colon genre normal, qui fait travailler ses nègres au noir (relents modernes de vieilles façons : au noir c'est moins cher, et moins d’impôts : tout bénéf. - et ça vaut bien à l'occasion vengeance économique contre la République tentée de faire valoir le droit...) :



Un autre exemple aux Antilles : un "béké" revendiquant ses 300 ans d'ascendants qui "se sont reproduits en race pure dans les colonies" (sic). Son propos, assez proche des échos répercutés par Guerlaintintin, montre à quel point tout cela est ancré dans le passé esclavagiste :



"Le noir c'est comme un enfant, a dit le béké, il faut être juste, on en obtient ce qu'on veut" (sic). Une insolence dont les effluves transpirent encore dans les mots de Guerlaintintin, et de quiconque ne voit pas le problème de l’énonciation tranquille d'une telle "justice" ! Telle est l'approche sous-jacente à certaine conception du "travail des nègres"...



Héritage d'un temps aux résidus actuels, celui de la pratique esclavagiste que le pasteur Guillaume de Felice, abolitioniste compagnon de route de Schoelcher, nommait précisément "attentat contre l’humanité", posant au milieu du XIXe siècle la base du concept juridique de "crime contre l'humanité"...


*Guerlaintintin : je dois le mot à Nolats (commentaire sous ce post).

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire