<script src='http://s1.wordpress.com/wp-content/plugins/snow/snowstorm.js?ver=3' type='text/javascript'></script>
Tant que les lions n'auront pas d'historiens, les histoires de chasse tourneront à la gloire du chasseur - Le mensonge se lève très tôt mais la vérité finit par le rattraper - Qui veut noyer son chien l'accuse de la rage

vendredi 10 décembre 2010

Calixthe Beyala s'insurge contre l'ingérence en Côte d'Ivoire et l'irrespect du conseil constitutionnel

"AFRIQUE : HALTE AUX INGÉRENCES ÉTRANGÈRES EN AFRIQUE !"



"En ce cinquantième anniversaire des indépendances africaines, force est de constater que les Etats africains ne sont toujours pas libres. Il suffit pour cela de regarder qu'il appartient à l’Occident de décider de l’avenir du continent en choisissant sans en avoir l’air, ses dirigeants. Et pour atteindre cet objectif, il est prêt à organiser des élections sous Haute surveillance afin de faire élire le candidat de son choix ; quant aux candidats qui ne correspondent pas à ses critères ils sont menacés, critiqués, charriés et si d‘aventure ces derniers gagnent les élections, ils sont taxés de fraudeurs voire de dictateurs.

Il est à noter que les dirigeants des pays africains les plus prisés des occidentaux sont ceux qui sont à la tête des Etats riches, extrêmement riches mais qui curieusement n’arrivent pas à veiller au bien être de leurs populations, à subvenir à leurs besoins vitaux. C’est à se demander s’il s’agit bien de Chefs d‘Etats ou de vassaux mis en place pour enrichir l’Occident. Aujourd’hui, au-delà du fait que je ne sois pas partie prenante dans le processus électoral de la Côte d’Ivoire, je suis extrêmement choquée de constater que la souveraineté de ce pays n’est pas respectée. J’ignore ce qui s’est passé sur le terrain, mais l’on ne saurait remettre en question (comme ont pu le faire avec légèreté certains pays occidentaux) la légitimité du Conseil Constitutionnel d‘un pays, seule institution habilitée à valider ou à invalider une élection. C’est pour moi une question d’éthique, de morale et de démocratie auquel l’on ne saurait déroger quelque soit l’estime que nous portons ou pas à tel ou untel candidat.

Autant que l’Occident nous dise tout de manière claire, que les pays africains ne sont que des colonies, des colonies de l’Occident. Dans ce cas, ils y ont tous les droits, notamment celui de nommer des gouverneurs !

Enfin je me demande dans quelle mesure ces pays africains devraient encore faire partie de l’ONU - ils n'y ont même pas le droit de Veto - il me semble qu’il s’agit là d’une organisation neutre et je découvre avec horreur qu’elle peut organiser des élections et décider de qui en est le vainqueur. Il ne s’agit là que de principe et des réflexions d’une intellectuelle."

© Correspondance de : Calixthe Beyala

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire