<script src='http://s1.wordpress.com/wp-content/plugins/snow/snowstorm.js?ver=3' type='text/javascript'></script>
Tant que les lions n'auront pas d'historiens, les histoires de chasse tourneront à la gloire du chasseur - Le mensonge se lève très tôt mais la vérité finit par le rattraper - Qui veut noyer son chien l'accuse de la rage

mercredi 2 mars 2011

Quand Nouvelobs.com vire de son site tous les blogs qui tentent d'expliquer la "crise ivoirienne"...

... C'est que le journal en ligne a aussi ses raisons (faut le comprendre) :

Que le lecteur se tienne bien. Ci-dessous une citation de Nouvelobs.com annonçant la visite à Paris de Zuma, le Président de l'Afrique du Sud (qui a compris l'esbroufe électorale qui tente à coup de tricheries et de violences d'imposer l'ami perso de Sarko à la Côte d'Ivoire). Je cite Nouvelobs.com :

"les deux chefs d'Etat s'entretiendront de la crise en Côte d'Ivoire, où le refus du président sortant Laurent Gbagbo de reconnaître la victoire de son rival Alassane Ouattara menace de replonger le pays dans la guerre.
Comme l'Angola, mais à l'inverse de l'Union africaine (UA) et de la France, le président sud-africain a jusque-là ménagé M. Gbagbo et défendu une solution de compromis, au point de s'être fait chahuter la semaine dernière à Abidjan par les partisans de M. Ouattara aux cris de "Zuma voleur!".
"Nous ne désespérons pas de le faire changer", dit-on à Paris, "il n'est pas question d'exagérer l'influence sud-africaine mais ce serait un coup dur pour Gbagbo si Pretoria prenait clairement position contre lui".
(Sic !!!)


Ce morceau d'anthologie de langue de bois appuyée sur de la propagande mensongère vient vers la fin de l'article. Le début consistant en l'étalage de la pommade que l'on refile à Zuma pour qu'il change de position. Pommade annoncée en titre d’article : "La France déroule le tapis rouge pour le président sud-africain Zuma".

On comprend pourquoi le journal en ligne juge urgent de censurer tout blog qui explique la crise : on ne peut pas faire courir à ses lecteurs le risque de finir par comprendre !

4 commentaires:

  1. Yann, qui a essayé de re-publier, a été rejeté à plusieurs reprises dans les minutes qui ont suivi la publication (il tient depuis hier soir : relâchement de vigilance pendant la nuit).
    Le motif de son expulsion étant le même que le mien et sachant la position du Nobs sur la CI, on est bien dans l'aspect médiatique de la guerre que Golf/Onuci/Licorne mènent en CI avec des exactions attribuées médiatiquement aux victimes (cela relayé jusque sur les blogs que Nobs aime bien) !
    Une seule question : à qui profite de crime ?

    RépondreSupprimer
  2. Comme disait Pyroman, les absents ont tort. Avec l’habitude, le retour ne dure pas 5 minutes. C’est une sorte de fidélité qu’on doit à ceux qui viennent par le RSS.
    Je vous rappelle mon adresse actuelle :
    http://voiretsavoir.blogs.nouvelobs.com/

    RépondreSupprimer
  3. J'entends bien, JM. En même temps, Nobs qui m'a censuré officiellement au temps où la censure était préalable, et qui a fait sauter mon premier blog (sans explications début 2009) en tentant de donner l'incident pour un bug, vient de poser une série de censures contre la RCI qui laisse peu de doutes. On est indésirables sur un site ouattariste.
    Certes, il est remarquable d'essayer d'y persister, mais la blogo Nobs ne fait pas le monde. J'avais ainsi pris mes précautions avec ce "bis repetita" que tout blogueur ou commentateur Nobs qui m'a fréquenté connaît : en deux jours, j'ai récupéré en stats ici le double d'avant ma censure...
    Merci en tout cas pour vos relais.
    Un retour quand ils seront calmés (quand le moment actuel de la guerre sera dépassé) ? Pour aller un peu plus loin... Est-il nécessaire de leur servir caution quand ils viendraient essayer d'utiliser ça pour se dédouaner et jouer a posteriori le lieu de débat pluraliste ? Ai-je vraiment envie d'être cette caution là ? J'ai lu sur un forum il y qqs années, quand la censure m'attaquait déjà, une citation de "delugio qui intervient sur Nobs" ! (sic)
    On a vu aussi le saint croisé du Nobs relayé par Abidjan.net au titre de "lu sur le Nobs' (re-sic)... période où il est arrivé chez "léplulu".
    Bref le Nobs (qui m'a herbergé tant bien que mal / et je l'en remercie) s'est positionné, il sait qui il censure, et il serait sain, aussi, qu'il l'assume.

    RépondreSupprimer