<script src='http://s1.wordpress.com/wp-content/plugins/snow/snowstorm.js?ver=3' type='text/javascript'></script>
Tant que les lions n'auront pas d'historiens, les histoires de chasse tourneront à la gloire du chasseur - Le mensonge se lève très tôt mais la vérité finit par le rattraper - Qui veut noyer son chien l'accuse de la rage

mercredi 19 janvier 2011

Quand le chef d'Etat français humilie la France

"Les 30 et 31 janvier 2011 a lieu à Addis Abeba la Conférence des chefs d’Etat de l’Union Africaine. En toute arrogance, le président français Nicolas Sarkozy a décidé de s’y inviter et d’y prendre part. A-t-on jamais vu un président africain invité ou s’inviter à un sommet de l’Union européenne ?"

Ce sont les premiers mots d'une pétition lancée contre l'auto-invitation du Président français au prochain sommet de l'UA.


L’heure est grave : les chefs d'Etat africains sont de plus en plus réticents à envoyer leurs troupes en tirailleurs au service du pouvoir français et de son candidat, contre un autre peuple africain. Plusieurs d'entre eux s'y opposent catégoriquement : L’Afrique du Sud, l’Angola, la Gambie, le Cap-Vert, le Ghana. Au-delà du continent la Russie, la Chine, le Brésil ont aussi manifesté leurs désaccords quant à l’usage de la force dans la crise que connaît le pays.

En même temps, la médiation avance peu : "L’émissaire de l’Union africaine (UA) dans la crise ivoirienne, Raila Odinga, a décidé de mettre un terme à sa visite à Abidjan faute de résultat probant après un refus catégorique de l’opposant Alassane Ouattara de saisir la main tendue du président Laurent Gbagbo a-t-on appris par le porte-parole du premier ministre kényan.
Selon une source proche du dossier, Raïla Odinga a entrepris lundi et mardi des entretiens séparés avec le président Laurent Gbagbo et l’opposant Alassane Ouattara. La négociation s’est interrompue parce qu’Alassane Ouattara a opposé un refus à toute négociation. Il reste accroché à une intervention militaire de la CEDEAO (Communauté Economique des Etats de l’Afrique de l’Ouest) pour « faire partir » le Président élu Laurent Gbagbo.
Cette nouvelle médiation de M. Odinga en vue de trouver une solution pacifique à la crise que vit la Côte d’Ivoire actuellement est une suite à la première infructueuse début janvier, où l’opposant Alassane Ouattara a refusé la main tendue du président élu Laurent Gbagbo bloquant ainsi la médiation."


Ces échecs répétés de la médiation dus aux partisans de la guerre conduisent des observateurs à s'interroger : "A chaque fois que la médiation africaine menée par l’Ua et la Cedeao tente de prendre ses responsabilités pour trouver une solution pacifique et négociée à la crise postélectorale qui prévaut en Côte d’Ivoire, la France et ses relais mènent des contre offensives. Une stratégie qui a toujours prévalu dans le règlement de la crise ivoirienne où la France bat plusieurs cartes en même temps. Afin de s’assurer de maintenir encore et toujours la Côte d’Ivoire dans son giron."

Échecs répétés qui conduisent M. Alliot-Marie à reconnaître que "L`usage de la force en Côte d`Ivoire, réclamé par Alassane Ouattara pour faire partir Laurent Gbabgo, "ne doit être envisagé qu`en tout dernier recours" du fait du "risque d`un grand nombre de victimes", a estimé mardi la chef de la diplomatie française, Michèle Alliot-Marie.
L`usage de la force "ne doit être envisagé qu`en tout dernier recours car compte tenu de l`équilibre des forces armées, il y aurait un risque d`un grand nombre de victimes", a-t-elle déclaré devant la commission des Affaires étrangères de l`Assemblée nationale."


Il n'en faut pas moins, semble-t-il, afin que ce "dernier recours" reste crédible, empêcher l'UA de s'y opposer clairement. Quelle autre sens à la démarche, humiliante pour la France et les Français, de Nicolas Sarkozy : s'inviter au sommet de l'UA ?!

3 commentaires:

  1. Bonne analyse. Mais Ouattara saura-t-il patienter jusqu'au 30 au Golf Hotel ?

    RépondreSupprimer
  2. Où tout ce truc autour de l'UA, et autres impression de recul pourraient être de la distraction pour attaquer avant ?...

    RépondreSupprimer
  3. Quoiqu'il advienne d'ici la, Sarko aura sans doute quelques boulons a serrer a l'UA. Une chose est sure, l'ONUCI a maintenant ses helicos de combat qui ravissent Yousoufou Bamba: http://www.innercitypress.com/cote3bamba011911.html

    RépondreSupprimer