<script src='http://s1.wordpress.com/wp-content/plugins/snow/snowstorm.js?ver=3' type='text/javascript'></script>
Tant que les lions n'auront pas d'historiens, les histoires de chasse tourneront à la gloire du chasseur - Le mensonge se lève très tôt mais la vérité finit par le rattraper - Qui veut noyer son chien l'accuse de la rage

vendredi 1 avril 2011

Les terroristes de Ouattara et leurs complices face à leurs Oradour

10 juin 1944, Oradour-sur-Glane, village du Limousin est le théâtre d'une exécution systématique par les Waffens SS, faisant officiellement 642 victimes. Situé à une vingtaine de kilomètres au nord ouest de Limoges, ce lieu saisissant des années 1940 a été conservé en état de ruine. Les rails du tramway, les carcasses de voitures résistent encore à la rouille.
Plusieurs sensations s'affrontent lors de la visite. On parcourt un lieu témoin, une preuve matérielle d'un massacre. On déambule aussi dans les restes d'une commune jadis animée par ses commerces, ses fermes, ses marchés, ses fêtes...
Ce site a pour but d'entretenir la mémoire du lieu et du massacre. Oradour-souviens-toi est une devise, ..., plus jamais, et pourtant...

Oradour-souviens-toi.fr/



Épuration ethnique par les terroristes de Ouattara

Après le contournement de la position de l'armée Ivoirienne grâce aux forces Onusiennes, les terroristes à la solde de Ouattara sont arrivés au quartier carrefour de Duekoué en passant par le village de Niambli qu'ils ont entièrement incendié.
Après leur forfait, ils ont constitué un peloton d'exécution avec des jeunes burkinabés recrutés sur place et des membres de la rébellion.
1000 habitants de Duekoué au moins ont été massacrés à cet endroit, sous le regard des forces onusiennes.
Les témoins de cette boucherie ont eu la vie sauve en se réfugiant au Libéria voisin.


Le Parti communiste français a déploré vendredi "le choix d'une solution militaire" en Côte d'Ivoire, "encouragé notamment par les autorités françaises", alors qu'il "était possible" de "trouver un accord électoral et politique".
"Les violents et intenses combats, les affrontements à l'arme lourde, entre les militaires fidèles à Laurent Gbagbo et les forces d'Alassane Ouattara suscitent une forte inquiétude", écrit le PCF dans un communiqué, anticipant un "nombre de victimes élevé".
"Quelle que soit son issue politique, cette dangereuse confrontation aura inévitablement des effets durables pour l'ensemble du pays, déjà profondément divisé depuis des années. C'est le peuple ivoirien qui paie depuis trop longtemps", poursuit-il.
Pour le PCF, la "solution militaire", "encouragée notamment par les autorités françaises", "prévaut à nouveau alors qu'il fallait et qu'il était possible de faire autrement pour trouver un accord électoral et politique.
Tous ceux qui ont poussé dans la voie de la confrontation, au mépris de ses risques et de ses conséquences, en porteront la responsabilité", conclut-il.

Et aussi : Participation de l'ONUCI et de la Force Licorne à l'offensive des rebelles d'Alassane Ouattara contre le peuple et l'État de Côte d'Ivoire - Un Appel est lancé

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire